Comment faire pour se réaliser pleinement ?

Sommaire
Partager sur
LinkedIn
Facebook
Twitter

Le bien-être, caractérisé par le fait de se sentir bien au quotidien et dans la durée, ne suffit pas au bonheur. Nous avons également besoin de construire une vie pleine de sens pour être heureux. Construire une vie pleine de sens peut se traduire par mener une vie qui nous comble sur les plans personnel et professionnel. Pour y parvenir, nous devons tout d’abord chercher à donner du sens à notre existence, puis réussir à atteindre nos objectifs afin d’accomplir ce qui nous permettrait de nous réaliser.

Les recherches relatives à la quête de sens montrent que nous donnons du sens à travers trois dimensions : une dimension affective et relationnelle, une dimension cognitive et une dimension comportementale. Même si ces trois dimensions sont communes à tous les hommes, la réponse à la quête de sens varie d’une personne à l’autre, voire chez la même personne à des moments distincts de sa vie. La quête de sens est donc personnelle, mais s’inscrit dans un cadre commun (les 3 dimensions). 

Chercher à donner du sens à notre existence n’est cependant pas suffisant. Nous devons également être capables de réussir à atteindre nos objectifs pour accomplir ce qui nous permettrait de nous réaliser. Même si cela est complexe, car il faut être capable de répondre à la diversité des situations que nous rencontrons et à l’incertitude associée, cela est possible en développant une forme d’intelligence particulière. Cette forme d’intelligence, que j’appelle « l’intelligence de l’action », se caractérise par le fait d’être capable d’agir avec efficacité dans presque toutes les situations que nous rencontrons, afin de pouvoir atteindre nos objectifs quasi-systématiquement. 

A travers cet article, tu vas découvrir comment faire pour te réaliser pleinement. Tout d’abord, je vais te donner la recette pour donner du sens à ton existence. Puis, je vais t’aider à maximiser tes chances d’atteindre tes objectifs afin que tu puisses accomplir ce qui te permettrait de te réaliser. 

Donner du sens à son existence

Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, nous nous trompons fréquemment d’objectif de vie car nous n’avons pas conscience des 3 dimensions évoquées ci-dessus et nous avons une connaissance insuffisante de nous-mêmes. Et malheureusement, ces erreurs d’aiguillage nous empêchent de nous réaliser ! Dans ce chapitre, nous allons voir comment faire les bons choix c’est-à-dire ceux qui te permettront de te réaliser.

Mener une vie équilibrée

Comme évoqué en introduction, nous donnons du sens à travers une dimension affective et relationnelle, une dimension cognitive et une dimension comportementale. 

L’homme est un animal social.

Aristote

Étant un animal social (dimension affective et relationnelle), l’amour, l’amitié, les relations parents-enfants, notamment, jouent un rôle fondamental dans la construction d’une vie pleine de sens. C’est également le cas des processus mentaux, qui correspondent à la dimension cognitive. Il peut s’agir de nos pensées, de nos convictions et valeurs personnelles, ou bien encore de la spiritualité, de l’art, … Enfin l’action, à travers l’engagement dans une activité professionnelle ou personnelle (dimension comportementale), joue un rôle essentiel lorsque nous nous sentons particulièrement utiles.

La quête de sens étant personnelle, il n’existe pas une stratégie universelle à appliquer. Néanmoins, je t’invite à travailler simultanément sur ces trois dimensions et à trouver le bon équilibre entre le cœur, le cerveau et l’action pour être pleinement satisfait de ta vie. J’applique d’ailleurs quotidiennement une stratégie pour y parvenir que je vais te partager. Elle consiste à délivrer de la valeur autour de moi. Le fait de vouloir créer et apporter de la valeur répond simultanément à la dimension affective et relationnelle puisqu’en voulant aider une ou plusieurs personnes je crée du lien social, à la dimension cognitive car mes actions sont en accord avec mes valeurs et convictions personnelles, à la dimension comportementale car je me sens particulièrement utile lorsque j’apporte de la satisfaction à une ou plusieurs personnes. En procédant ainsi, il n’y a plus de rupture, mais continuité, entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. 

Pour délivrer de la valeur autour de toi, tu dois tout d’abord apprendre à bien te connaître, puis chercher à aider dans l’optique de faire des heureux. C’est ce que nous allons voir tout de suite.

Point de vigilance : 

Lorsque nous souhaitons donner du sens à notre existence, il est important de garder à l’esprit qu’il faut gagner suffisamment d’argent pour couvrir ses besoins fondamentaux et ceux de ses proches. Si cela n’est pas possible avec l’activité qui nous comblerait, la solution consiste à exercer en parallèle une activité « alimentaire » qui est suffisamment rémunératrice et qui laisse suffisamment de temps pour réaliser l’activité qui permet de s’épanouir.

Apprendre à bien se connaître

Le fait de vouloir délivrer de la valeur implique un minimum de performance dans ce que nous entreprenons : plus nous sommes performants dans une activité, plus nous sommes censés délivrer de la valeur ! La performance repose bien évidemment sur nos forces, mais également sur notre volonté, c’est-à-dire sur des efforts quotidiens et sur le long terme pour les développer. 

Exercer une activité dans laquelle nos forces peuvent s’exprimer, et qui nous anime, est donc essentiel. Cela passe par une meilleure connaissance de nous-mêmes. Et comme nous allons le voir, cela est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît !

Ce que je peux apporter

se réaliser pleinement

Chacun d’entre nous est unique avec des forces propres, qui se retranscrivent à travers notre personnalité, nos qualités et nos connaissances.

Pour mettre à profit nos forces, c’est-à-dire apporter de la valeur à la société, nous devons commencer par les identifier, puis chercher à les développer. Les questions que tu dois te poser : Quelles sont mes forces ? Comment les développer ?

Ma personnalité

Notre personnalité est une combinaison de notre tempérament (traits innés) et de notre caractère (traits universels). Les traits de caractère sont acquis au cours de l’enfance, façonnés par l’éducation, l’environnement et les expériences vécues. 

Notre personnalité est composée de 5 dimensions fondamentales chacune comprenant différents traits de caractère. Nous dégageons plus ou moins de l’assurance et sommes plus ou moins actifs. Nous sommes plus ou moins disposés à aider autrui, à faire confiance et à faire preuve de bienveillance. Nous sommes plus ou moins méticuleux, scrupuleux et soignés. Nous sommes plus ou moins stables émotionnellement. Nous sommes plus ou moins imaginatifs, curieux et ouverts à des expériences nouvelles.

L’expression des traits de caractère est influencée par notre culture. Nous sommes plus ou moins tolérants face aux inégalités. Nous acceptons plus ou moins l’incertitude et les aléas associés. Nous sommes plus ou moins individualistes. Nous sommes plus ou moins pour l’égalité des sexes.

Les questions que tu dois te poser : 

  • Quel est mon tempérament ?
  • Quels sont mes traits de caractère ?
    • L’extraversion : Extraverti / Introverti
    • L’agréabilité : Bienveillant / Méfiant
    • La conscience : Consciencieux et organisé / Négligeant et désorganisé
    • La stabilité émotionnelle : Stable / Instable
    • L’ouverture d’esprit : Ouvert / Fermé
  • Quelle est mon identité culturelle ?
    • La distance hiérarchique : Inégalités attendues et tolérées / Inégalités non attendues et non tolérées
    • Le contrôle de l’incertitude : Nature inquiète / Nature optimiste
    • L’individualisme : Priorité au bien-être personnel / Priorité au bien-être du groupe
    • La dimension masculine-féminine : Valeurs masculines prédominent / Égalité des sexes

 

Notre personnalité est plus ou moins adaptée à certaines activités. Pour être en mesure de délivrer de la valeur, il est important de choisir une activité qui correspond à notre personnalité.

Mes qualités

Nous possédons toutes et tous des qualités au-dessus de la moyenne. Elles peuvent être sensorielles, cognitives, émotionnelles et physiques.

Les aptitudes sensorielles sont liées à nos différents sens. Tout le monde en connaît cinq (l’odorat, le goût, le toucher, l’audition, la vision), mais en réalité il en existe davantage : l’équilibre (grâce au système vestibulaire), la distinction du chaud et du froid (grâce aux récepteurs sous la peau), la sensibilité à la douleur (grâce aux récepteurs sous la peau), l’étirement de la peau et des muscles (grâce au sens proprioceptif, qui nous permet de connaître la position de nos membres), … Nos sens sont plus ou moins développés et nous permettent de percevoir avec plus ou moins de finesse notre environnement. Prenons l’exemple bien connu du Nez chez les parfumeurs.

Les aptitudes cognitives sont les capacités de notre cerveau. Elles permettent de percevoir, de se concentrer, d’acquérir des connaissances, de raisonner, de s’adapter et d’interagir avec les autres. Il existe plusieurs fonctions cognitives comme l’attention (capacité à se concentrer pendant une certaine durée, à faire deux choses en même temps), la mémoire (capacité à retenir des informations visuelles, verbales à court et long terme), la mémoire de travail (manipuler une information en mémoire comme le calcul mental), les fonctions exécutives (capacités à s’organiser, à mettre en place des stratégies pour faire face à des situations inhabituelles), les fonctions visuo-spatiales (capacité à s’orienter et à se repérer) et la cognition sociale  (capacités à comprendre les autres et à interpréter correctement son environnement). Chacune de nos compétences cognitives est plus ou moins développée. Prenons l’exemple du philosophe antique Démocrite. Il étonnait ses contemporains, car l’histoire dit qu’il était capable de déductions subtiles, fondées sur des observations qui échappent aux autres mortels et relevant plus ou moins de la magie. 

Les aptitudes émotionnelles désignent la capacité à identifier, à comprendre, à exprimer, à gérer et à utiliser ses émotions et celles d’autrui. Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, nos compétences émotionnelles nous permettent de vivre plus ou moins sereinement, de penser, d’agir et de réagir de manière plus ou moins adaptée, d’amplifier ou de bloquer nos facultés cognitives, physiques et sensorielles, mais également d’accéder plus ou moins facilement aux pensées et aux sentiments de nos interlocuteurs (la conscience sociale), de rendre l’interaction avec nos interlocuteurs plus ou moins efficace (la sensibilité sociale). Par exemple, après avoir été impacté par un événement déplaisant, notre capacité à retrouver rapidement notre état normal varie d’une personne à l’autre. Pour un même événement, certains vont retrouver leur état normal en 30 secondes quand d’autres vont mettre plusieurs jours à s’en remettre. 

Les aptitudes physiques sont les facultés de notre corps, qui s’expriment à travers la force (capacité que l’on a à déplacer une masse), la souplesse (amplitude du mouvement que peut réaliser une articulation), la vitesse (capacité à réaliser un mouvement dans un minimum de temps), la résistance (capacité à réaliser un travail musculaire très important pendant une période de temps courte), l’endurance (capacité à réaliser un effort continu sur une longue période de temps) et la coordination (capacité à enchaîner les mouvements pour réaliser un geste précis). Nos compétences physiques sont plus ou moins développées et varient en fonction de l’âge, de notre état de santé, … Certains peuvent enchaîner des efforts conséquents sans se reposer et sans s’alimenter pendant de longues heures, alors que d’autres doivent se reposer et s’alimenter de manière récurrente.

Les questions que tu dois te poser :

  • Quelles sont mes qualités sensorielles au-dessus de la moyenne ?
  • Quelles sont mes qualités cognitives au-dessus de la moyenne ?
  • Quelles sont mes qualités émotionnelles au-dessus de la moyenne ?
  • Quelles sont mes qualités physiques au-dessus de la moyenne ?

 

Nos qualités sont plus ou moins pertinentes pour certaines activités. Pour être en mesure de délivrer de la valeur, il est important de choisir une activité dans laquelle nos qualités peuvent pleinement s’exprimer.

Mes connaissances

Les connaissances, qu’elles soient théoriques ou acquises par l’expérience, varient de manière significative d’une personne à l’autre. Il en existe trois types : la connaissance propositionnelle, qui est le fait de savoir qu’une certaine proposition est vraie comme la Terre est ronde ; le savoir-faire, qui est le fait d’être capable de réussir une action comme faire une gaufre ; la connaissance objectuelle, qui est une connaissance provenant directement des sens. Par exemple, l’observation visuelle de la neige nous permet d’en déduire que la neige est blanche.

Savoir qu'on sait quand on sait, et savoir qu'on ne sait pas quand on ne sait pas, c'est là la vraie connaissance.

Confucius

L’acquisition des connaissances repose tout d’abord sur notre capacité à discerner ce que nous savons de ce que nous ne savons pas, puis sur notre volonté de développer nos connaissances.

Ce que l’homme sait n’égale pas ce qu’il ignore.

Tchouang-tseu

Notre monde étant extrêmement riche et complexe, il est bien évidemment impossible de tout savoir. Notre connaissance sera toujours limitée ! Par contre, rien ne nous empêche de progresser chaque jour. Nous avons la chance de pouvoir développer notre savoir en nous nourrissant des connaissances acquises et sans cesse enrichies par les Hommes depuis la nuit des temps. 

Les questions que tu dois te poser : 

  • Qu’est-ce que je connais ?
  • Qu’est-ce que je sais faire ?

 

Nos connaissances sont plus ou moins adaptées à certaines activités. Pour être en mesure de délivrer de la valeur, il est important de choisir une activité dans laquelle nos connaissances sont utiles.

Ce qui m’anime

Au-delà de savoir ce que nous pouvons apporter à la société, il est essentiel de découvrir ce qui nous anime au plus profond de nous-mêmes ; l’objectif étant d’être en mesure de consentir les efforts nécessaires pour développer nos forces tout au long de notre vie et de rester motivé dans la durée quelles que soient les difficultés à surmonter. 

Découvrir ce qui t’anime, ton moteur, consiste à caractériser ce qui est essentiel pour toi. Ton moteur est intimement lié à tes valeurs et à tes croyances. 

Nos valeurs et croyances dirigent nos actions et orientent notre façon de vivre. Elles sont à la fois subjectives (car personnelles) et relativement objectives (car partagées socialement par plus ou moins de personnes).

Mes valeurs

Les valeurs sont des qualités et des règles de conduite, que nous considérons comme importantes. Il en existe de nombreux types, qui varient selon les cultures, les générations, les sexes, … Voici quelques exemples de valeur : la bienveillance, la bonté, la dignité, l’engagement, la fidélité, l’honnêteté, l’hospitalité, la loyauté, le partage, la ponctualité, le respect, la responsabilité, la solidarité, la tolérance, …

Qui dit valeurs dit hiérarchie de valeurs. Ainsi, nous pouvons préférer le juste à l’utile, juger qu’il vaut mieux sacrifier le chien que son maître, … 

Les questions que tu dois te poser : 

  • Quelles sont mes valeurs ?
  • Quelles sont les valeurs les plus importantes à mes yeux ?

 

Pour être en mesure de délivrer de la valeur, il est important de choisir une activité qui soit alignée avec tes valeurs et notamment les plus chères à tes yeux.

Mes croyances

Une croyance est une opinion personnelle, qui ne fait pas l’objet d’un consensus et qui n’est pas confirmée ou vérifiable. Nous ne croyons pas tous aux mêmes choses, ni de la même façon, ce qui engendre quantité d’opinions différentes. 

Il existe plusieurs types de croyances, qui correspondent à différentes réalités psychologiques. Nos croyances peuvent être plus ou moins vérifiables, plus ou moins irrationnelles et importantes, plus ou moins positives et plus ou moins communes. Nous pouvons les classer selon leurs degrés de vérifiabilité, d’irrationalité et de positivité émotionnelle.

se réaliser pleinement

Le premier axe du schéma ci-dessus concerne le degré de vérifiabilité. Par exemple, un individu peut croire aujourd’hui que le Soleil se lèvera demain. Objectivement, il n’en est pas certain à 100%, mais il pourra vite le vérifier. À l’opposé, une personne peut croire que Dieu existe. Mais cela fait quelques milliers d’années que les preuves de son existence sont attendues. 

Sur le second axe des croyances se situe leur degré d’irrationalité. Aux croyances religieuses s’opposent des croyances dites paranormales impliquant souvent une cognition magique, telle l’astrologie ou la télépathie. En lien avec leur degré d’irrationalité, certaines croyances ont plus d’importance que d’autres pour l’homme. Les êtres surnaturels, qui ont eu du succès et qui ont été transmis culturellement, connaissent des informations utiles pour l’homme. Par exemple, Dieu est supposé savoir quel est notre objectif dans la vie et nous conseille de prendre telle ou telle décision.

Le troisième axe, où les différentes croyances peuvent se situer, indique leur caractère positif ou négatif. Les croyances comme « il y a une justice dans ce monde » sont des illusions positives, qui nous permettent de fonctionner psychologiquement de façon saine. Par exemple, elles peuvent nous amener à surestimer la bienveillance des autres, notre propre valeur, ainsi que les raisons d’être optimistes. Cette légère surestimation, appelée illusion cognitive, peut s’avérer nécessaire pour renforcer notre santé mentale et notre bien-être. 

Nos croyances sont également plus ou moins communes. Plus elles sont partagées par beaucoup, moins elles sont remises en question et plus elles sont considérées comme des vérités absolues. 

La question à se poser : quelles croyances orientent de manière conséquente ma façon de vivre ?

Pour être en mesure de délivrer de la valeur, il est important de choisir une activité qui soit alignée avec les croyances qui ont un impact significatif sur ta manière de vivre.

Chercher à aider

Tu sais désormais ce que tu peux apporter à la société et tu as découvert la flamme intérieure qui va te permettre de le faire. Il est temps que tu fasses des heureux et que la société puisse bénéficier de tes qualités. 

L’enjeu est désormais de trouver ou de créer l’activité professionnelle ou personnelle qui va te permettre de délivrer de la valeur et par voie de conséquence de te réaliser. 

La question que tu dois te poser : à quoi pourraient servir mes forces ?

Tu peux à la fois aider des personnes physiques comme ton entourage, des clients, des connaissances, des inconnus, … ; et des personnes morales comme des entreprises, des associations, l’Etat, …

Atteindre ses objectifs pour se réaliser

Partie sur l’intelligence de l’action en cours de rédaction –> A suivre !

Partager sur
LinkedIn
Facebook
Twitter
Articles associés

Mes conseils pour réussir au quotidien