Comment apprendre à réguler ses émotions ?(2.2)

Partager sur
LinkedIn
Facebook
Twitter

Il est impossible d’empêcher une émotion d’émerger en nous. Mais le fait d’avoir conscience des émotions qui nous traversent (et de leur impact sur nos pensées et comportements) nous donne le pouvoir de les réguler. Avoir une conscience émotionnelle très développée ne nous garantit, néanmoins, aucunement la régulation de nos émotions lorsqu’elles sont excessives.

La régulation émotionnelle a pour but de nous aider à tranquilliser notre âme, à atteindre et à maintenir la paix intérieure. D’une part, elle doit nous permettre de contrôler nos émotions excessives, afin que nous puissions maintenir notre équilibre émotionnel et le sentiment de bien-être associé. D’autre part, elle doit nous permettre de contenir nos réactions automatiques liées à la survie, afin que nous puissions agir et réagir de manière appropriée en fonction des situations que nous rencontrons.

Le sage ne se met jamais en colère, mais il tremble ou frissonne. Il éprouve donc des atteintes venues de l’extérieur, comme pour lui rappeler sa condition de simple mortel, mais cette atteinte est légère et n’entame que l’épiderme de son être.

Prêter attention à nos émotions n’est pas si simple, surtout si elles sont douloureuses. Nos stratégies spontanées sont alors plutôt du côté de la répression (refouler le ressenti), de la distraction (penser à autre chose), ou de la désactivation (prendre de l’alcool ou des médicaments).

Il est essentiel de comprendre que la régulation émotionnelle a pour but l’équilibre des émotions et non l’extinction. Les émotions, qu’elles soient positives ou négatives, sont essentielles. C’est notre carburant intérieur. Lorsque notre voiture est sans carburant, elle tombe en panne sèche. Ce serait la même conséquence pour nous. Sans émotion, nous serions des morts-vivants. La vie n’aurait aucune saveur.

La régulation émotionnelle s’oppose donc au contrôle rigide, qui réprime tout sentiment et toute spontanéité. Les émotions déplaisantes sont aussi utiles que les émotions plaisantes : l’anxiété rend vigilant, la tristesse contraint au repli et à la réflexion sur un événement douloureux, la colère peut donner de l’énergie et intimider les adversaires. Tenter de les supprimer va diminuer notre conscience émotionnelle et engendrer un risque d’implosion émotionnelle.

Accepter ses émotions, plutôt que de chercher à les modifier même si elles sont négatives, est impératif pour réguler ses émotions. Il faut apprendre à les accepter, les apprivoiser, les apaiser, les désigner par les bons mots, les exprimer par les bons gestes ; également les partager, les sublimer, les relativiser, en un mot vivre avec elles.

Pour parvenir à l’équilibre émotionnel, il est essentiel de faire appel à sa volonté. La volonté doit placer les émotions sous le contrôle de la raison. Néanmoins, il faut être également capable d’abandonner temporairement le contrôle de ses émotions. C’est le cas lorsque nous sommes dans un état émotionnel normal, que nos pensées et comportements sont adaptés. Tout est donc question d’équilibre. L’objectif est de rechercher l’harmonie, c’est-à-dire lâcher-prise lorsque l’équilibre émotionnel est là et contrôler lorsqu’il y a un risque de déséquilibre ou un déséquilibre qui nuit à notre paix intérieure.

Afin de t’aider à réguler tes émotions, je vais partager avec toi plusieurs techniques de régulation émotionnelle que j’utilise quotidiennement et qui sont complémentaires. Encore une fois, je ne prétends pas tout savoir, mais ces quelques techniques t’aideront à contrôler le cours de tes réactions a posteriori et à retrouver rapidement ton état normal.

Chaque technique a son utilité et se focalise sur des aspects précis :

Mes conseils pour réussir au quotidien